Funeral planner - Nos Textes pour un accompagnement personnalisé

Des textes pour rendre un dernier hommage

LA MORT, ET APRES

Qui pourra me dire la vie après la mort ?

Qui saura trouver les mots de l’au-delà ?

Qui pourra donner une réponse à ma question ?


La mort

Face à cette inconnue

J’imagine, je rêve

Je projette mes désirs les plus secrets

Et j’ai peur.


J’aimerais avoir la certitude que tout ce que j’ai vécu

Mes amours, mon travail, ma vie,

Ne seront jamais anéantis, effacés à tout jamais

Car la mort ce sont des pleurs, un mur, une fin.


Jésus Christ, tu as vécu ce chemin d’homme

Tu as partagé le poids de la souffrance et du deuil

Mais sur ta route

Tu as semé les germes de l’espérance

Ta vie, Ta mort, Ta résurrection me l’ont appris :


La mort est un passage, la mort est une naissance.

PRIERE D’ESPERANCE

Je désirerais et cela très ardemment

que mon départ ne soit pas pour ceux que j’aime une désespérance.

Je voudrais que ma famille, mes amis, aujourd’hui rassemblés,

pensent à moi comme à quelqu’un qui les a beaucoup et tendrement aimés,

et qui les aime encore.

Je suis tout simplement partie un peu avant eux pour le pays de vie,

de lumière, de paix et d’amour ,où je les attends.


Que leur vie terrestre continue tranquillement, paisiblement,

jusqu’au jour où, pour eux aussi, la porte s’ouvrira.


Je voudrais qu’ils acceptent ma mort, comme une chose très simple, très naturelle.

SI TU M’AIMES

Ne pleures pas si tu m’aimes.

Si tu pouvais d’ici entendre le chant des Anges et me voir au milieu d’eux.

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels,

les nouveaux sentiers où je marche !

Si, un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent.

Quoi, tu m’as vu, tu m’as aimé dans le pays des ombres et tu ne pourrait ni me revoir,

ni m’aimer dans le pays des immuables réalités !


Crois-moi quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient et,

quand un jour que Dieu connaît et qu’il a fixé, ton âme viendra dans le Ciel où l’a précédé la mienne,

ce jour là tu me reverras, tu retrouveras mon affection épurée.

A Dieu ne plaise qu’entrant dans une vie plus heureuse, infidèle aux souvenirs

et aux vraies joies de mon autre vie, je sois devenu moins aimant.

Tu me reverras donc, transfiguré dans l’extase et le bonheur non plus attendant la mort,

mais avançant d’instant en instant avec toi dans les sentiers nouveaux de la lumière et de la Vie.

Essuie tes larmes et ne pleure plus si tu m’ aimes.

NE RESTEZ PAS.

Ne restez pas à pleurer autour de mon cercueil,

Je ne m’y trouve – je ne dors pas.

Je suis un millier de vents qui soufflent,

je suis le scintillement du diamant sur la neige,

Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr,

je suis la douce pluie d’automne, je suis l’envol hâtif.

Des oiseaux qui vont commencer leur vol circulaire quand tu t’éveilles dans le calme du matin,

je suis le prompte essor qui lance vers le ciel où ils tournoient les oiseaux silencieux.

Je suis la douce étoile qui brille, la nuit,

Ne restez pas à vous lamenter devant ma tombe, je n’y suis pas : je ne suis pas

NE PLEUREZ PAS

Ne pleurez pas si vous m'aimez,

Je suis seulement passée dans la pièce à côté.


Je suis moi, vous êtes-vous.

Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.


Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,

Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.

N'employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel et triste.


Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé comme il l'a toujours été,

Sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.


La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.

Elle est ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de votre pensée

simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je vous attends. Je ne suis pas loin,

Juste de l'autre côté du chemin.

Vous voyez, tout est bien.