HISTOIRE DES POMPES FUNEBRES

histoire des pompes funebres

Nous sommes différents des animaux, notre façon de faire notre deuil en est une preuve.

Les premiers êtres humains inhumaient déjà leurs corps en pleine terre, contrairement aux animaux que l'on abandonnait et laissait parfois gésir à même le sol.

Les plus anciennes sépultures retrouvées, datent d’environ 80'000 ans, du temps des NEANDHERTALS.

Les Egyptiens sont les précurseurs des pompes Funèbres et c’est grâce à leurs coutumes, à leurs manières d’inhumer par momification et à leurs sarcophages, qu’ils ont inventés le métier de thanatopracteur. Par leurs techniques les plus avancées et ceci 3000 ans avant l’apparition du Petit Jésus.

A l’époque, les églises étaient en charge de l’organisation des obsèques, elles étaient en grande partie réservées aux catholiques pratiquants, à la haute société et souvent en grande Pompe.

De nombreuses catégories de personnes n’avaient pas le droit aux funérailles comme les suicidés, les non-catholiques, les femmes divorcées, les homosexuels qui se faisaient enterrer la nuit, en toute discrétion.

L’église avait refusé catégoriquement la crémation. L’inhumation était la première et la seule façon d’enterrer les personnes sans vie. Les premiers cimetières sont apparus seulement au VIIIème siècle avec l’arrivée de la médecine.

Quelques dates :

- En 1828 la création des pompes Funèbres Générales confiée aux paroisses

- En 1904 prise en compte de la laïcité, enterrement sans un passage à l’église.

- En 1905 les pompes Funèbres deviennent un service public sous la tutelle de la commune. C’est à cette époque que les idées et mentalités changèrent et que chacun d’entre nous, pouvait prétendre à une cérémonie d’adieux décente.

- En 1919 les pompes Funèbres Générales ouvrent leur première menuiserie de fabrication de cercueils.

C’est en 1889 que fût légalisé la crémation, mais ce n’est seulement qu’en 1963 que l’église autorise cette façon de faire et la développe même si elle préfère et favorise l’inhumation.

C’est avec la loi SUEUR en janvier 1993 que les pompes Funèbres passent au régime de la concurrence, pour garantir une transparence aux clients et aux familles endeuillées.

Pour s’assurer que les personnes que l’on devait enterrer, soient bien mortes, les agents funéraires, appelés « CROQUES MORTS » devaient mordre le gros orteil des doigts de pied de la personne décédée pour en apporter la preuve. S’ils avaient une réaction, elle était donc encore vivante, sinon elle pouvait être enterrée. Malheureusement certaines personnes étaient parfois enterrées vivantes suite à des erreurs de pronostiques et ou de mauvaises appréciations.

Cette profession aurait pu s’appeler CROQUES MORTS, mais POMPES FUNEBRES sonnait beaucoup mieux. Une société de Pompes Funèbres se léguait en général, de père en fils ou en fille, car la coutume voulait qu’elle reste dans la famille.

Que veulent dire POMPES FUNEBRES :

POMPES : en grande pompe, cortège solennel.

FUNEBRES : rapport aux funérailles

Nous sommes au 21ème siècle, dans une nouvelle ère, nous évoluons et nous avons encore une belle et longue histoire à écrire, AVEC VOUS.