Questions, Réponses sur les pompes funèbres

Faq sur les pompes funebres

Ce que vous devez faire et penser avant de vous déplacer :

- Consulter la rubrique "Pompes Funèbres" des annuaires téléphoniques ou faire une recherche sur Internet pour trouver une Agence de Pompes Funèbres le plus proches du domicile du défunt.

- Vous avez aussi la possibilité de choisir une Entreprise Funéraire dans la ville, la commune ou le canton de votre choix, mais il faut savoir que des frais de déplacement vous seront facturés en sus et que cela pourrait engendrer plus de documents administratifs parfois changeants d’une commune ou d’un canton à l’autre.

- Vous avez tout à fait le droit de demander des devis à plusieurs agences de Pompes Funèbres. Prenez votre temps, les Agences Funéraires sont présentes pour vous aider et non pour vous presser.

- Vous avez aussi la possibilité de faire appel à un Independent Funeral Planner pour organiser avec vous des Obsèques Personnalisées, vous conseiller, vous aider et vous accompagner. En étant le Mandataire Exclusif auprès des Pompes Funèbres et être avec vous tout au long de la cérémonie afin que vous ne soyez plus seule à subir les contraintes d’une Organisation d’Obsèques complexes.

- Vous choisissez d’abord, vous vous rendez ensuite auprès de l’Agence des Pompes Funèbres choisie.

Le rôle d’une entreprise de Pompes Funèbres est d’aider la famille à préparer la Cérémonie d’Obsèques, qu'elle soit Laïque ou Religieuse. De mettre à disposition un salon de recueillement où reposera le défunt jusqu’au départ pour la cérémonie, et de procéder à la mise en bière et à la fermeture du cercueil.

Le décès d'un proche est toujours une épreuve douloureuse, d’un point de vue émotionnel et psychologique. La perte d'un être cher est un choc, pourtant, malgré la tristesse et la douleur, il y a un grand nombre d'actions très concrètes à faire entre l'annonce du décès et le règlement final de la succession.

Les documents officiels

Constat de décès

Le décès d'un proche est toujours une épreuve douloureuse, d’un point de vue émotionnel et psychologique. La perte d'un être cher est un choc, pourtant, malgré la tristesse et la douleur, il y a un grand nombre d'actions très concrètes à faire entre l'annonce du décès et le règlement final de la succession.

Déclaration de décès

Une fois que l'on dispose du certificat de décès, il faudra obtenir une déclaration de décès auprès de la mairie du lieu de décès. Ce document est signé par le membre de la famille qui a qualité de Pouvoir aux Funérailles de la personne décédée (conjoint, enfant, etc…).

Actes de décès

Ce n'est que lorsque l'on a en main le certificat de décès et la déclaration de décès, que l'on peut faire la demande au service de l'état civil de la commune du lieu de décès, afin d’obtenir un acte de décès officiel, lequel sera nécessaire pour toutes les démarches administratives subséquentes.

Il faut ensuite penser rapidement aux funérailles de la personne décédée même si cela est difficile.

Il est possible que la personne disparue ait laissé des recommandations écrites (dans un testament ou autres) concernant la manière dont la cérémonie doit se passer. Il est alors moins compliqué d'organiser les funérailles car les directives auront été données.

Décision en famille

Si personne n'est désigné et que la personne décédée n'a pas partagé de dernières volontés concernant ses funérailles, ce sont aux proches de s'entendre sur tous les aspects : Cérémonie Religieuse ou Cérémonie Laïque, Inhumation ou Crémation, dans quel cimetière, le budget, la publication de l'avis de décès, commander les faire part du décès, les avis de remerciements, le corps sera-t-il ou non exposé…

La rencontre avec l’agence des Pompes Funèbres

Il est recommandé de discuter de tous ces aspects en famille avant de désigner la ou les personnes qui se rendront à l’Agence des Pompes Funèbres choisie. Lors de cette rencontre, on vous expliquera en détail les options disponibles pour la cérémonie, mais aussi pour la suite. La plupart des Agences Funéraires vous offriront une pochette remplie de documents utiles et de ressources pour répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser.

Décès au domicile

Si vous le souhaitez, il est aussi possible, dans certains cas, d'exposer le corps du défunt dans un domicile privé lors d'une cérémonie de recueillement, avant l'enterrement ou la crémation. Toutefois, cette option ne peut être choisie qu'en respectant des critères très particuliers, dont l'un est de ne pas attendre plus de 12 h après le décès. Il faut donc se renseigner immédiatement auprès de votre Independent Funeral Planner ou l’Agence Funéraire de votre choix.

Les options de funérailles

Selon vos convictions éthiques et/ou religieuses, ainsi que celles du défunt, il est possible d'opter pour des funérailles suivies d'un enterrement traditionnel ou d'une incinération. Dans les deux cas, la cérémonie peut avoir lieu dans une église ou un salon funéraire ou tout autre établissement religieux. Le corps pourra ou non être exposé, selon votre choix. De plus en plus souvent, c'est la crémation qui est désormais choisie, pour des raisons économiques, mais aussi écologiques.

- On les place dans une urne, qui sera ensuite enterrée au cimetière ou conservée dans un caveau familial ou un columbarium.

- On les disperse en pleine nature, dans un lieu significatif pour la personne disparue, comme le sommet d'une montagne, un cours d'eau, la mer, etc… Il est toutefois interdit de verser les cendres sur la voie publique. Il faut se renseigner à ce sujet dans votre municipalité pour connaître les règlements en vigueur.

- Certaines personnes choisissent de conserver les cendres à la maison dans une urne, puis de les « réunir » avec celles de son conjoint, par exemple.

- Il est aussi possible de les mélanger à de la terre, puis de s'en servir pour planter un arbre...

Chaque floraison de printemps vous rappellera ainsi l'être aimé.

• Agent de Chambre Mortuaire (Hôpitaux) ou funéraire (Funérarium) Personnel d’hôpitaux ou de funérarium chargé d’accueillir la famille, de préparer et de présenter le défunt.

• Agent de Crématorium Personnel de crématorium qui accueille la famille et mets à disposition un salon de recueillement avant ou pendant la crémation.

Conseiller Funéraire Personnel de Pompes Funèbres qui conseille pour l’organisation des obsèques.

Chauffeur-Porteur Funéraire Personnel de Pompes Funèbres qui conduit le corbillard et porte le cercueil.

Maître de Cérémonie C’est la personne qui ordonne la cérémonie de son début à sa fin.

Conservateur de Cimetière Personnel communal qui est responsable du cimetière.

Thanatopracteur Personne diplômée qui pratique des soins de conservation.

Marbrier C’est un ouvrier qui s’occupe des caveaux, qui fait la pose et le gravage de la stèle…

La Toilette Mortuaire est un acte effectué en général par le personnel de la Chambre Mortuaire ou Funéraire, un procédé réalisé avec dignité et respect qui permet le lavage du corps du défunt, l’habillement et le maquillage selon les souhaits de la famille avant de procéder à la Mise en Bière. L’objectif principal de ces pratiques est de redonner de la dignité à un corps que la mort commence à corrompre. Ainsi, les proches du défunt garderont de lui une image proche de celle qu'il avait de son vivant.

Les soins de Conservation sont des actes effectués par un Thanatopracteur, ce dernier est diplômé d’État. Il intervient sur le corps du défunt à la demande de la famille pour la réalisation de soins. Ces soins sont très précis, des incisions sont faites au niveau des artères pour le placement d’une canule qui lui permet de vider le sang et de le remplacer par du formol. Afin d’avoir une plus longue conservation du corps car le sang se décompose rapidement et se disperse dans les tissus, les globules rouges explosent (l’hémolyse) et se dégrades.

La Chambre Mortuaire est un endroit où reposent les corps des défunts dans une unité de soins, comme à l’hôpital et est gratuit les trois premiers jours dans le cas où la mort est survenue dans un établissement possédant un tel dispositif. La Chambre Funéraire, appelée aussi Funérarium est une structure privée, gérée par les Communes ou par les Pompes Funèbres, elle est payante due aux transports, frais d’admission et d’administration.

Le corps du défunt est mis dans le cercueil, il s'agit de la “mise en bière” du défunt. L’explication vient des suites par extension, quand les morts ont commencé à être placés dans des cercueils en bois, vers le 12e siècle, on a gardé le terme. La “bière” s'est mise naturellement à désigner le cercueil.

La mise en bière peut se dérouler à la chambre funéraire, à domicile, à l'hôpital ou à la maison de retraite. La famille est souvent invitée à sortir pendant la manipulation du corps. Elle est ensuite invitée à exprimer ses derniers adieux avant la fermeture du cercueil.

La mise en bière fait partie des moments forts en émotion pendant les phases d’organisation funéraire. Elle est perçue comme l’instant où le défunt est visible physiquement pour la dernière fois par ses proches avant de partir au lieu de repos. Puisque la mise en bière ou la mise en cercueil est obligatoire en Suisse comme en France.

Le cercueil est obligatoire quel que soit le type d'obsèques (inhumation ou crémation), il en va de même pour l'urne. D’une part, cela permet aux familles d'être parfaitement sécurisées en sachant que c'est bien leur proche disparu qui est dans le cercueil ou ses cendres dans l'urne et d’autre part, c’est la loi, inscrite dans la réglementation de la mise en bière.

Après la fermeture du cercueil par le personnel des Pompes Funèbres et en présence de la famille, des scellés sont mis à la tête et aux pieds du couvercle, au niveau des vis par un cachet en métal apposé avec de la cire afin de s’assurer que le cercueil ne fera pas l’objet de sa réouverture.

Il existe trois raisons pour lesquelles un cercueil est scellé :

- Rapatriement du Cercueil à l’étranger

- Des Funérailles sans famille

- Une Crémation

Les personnes habilitées pour cette mission sont : les agents de Police, les agents des Pompes Funèbres et le Maire de la commune.

La mise en bière et la fermeture du cercueil immédiate entre en vigueur dans le cas où la mort serait causée par des maladies épidémiques (ex : LA COVID), par la dégradation du corps ou suite à un accident où le corps ne serait pas visible. De ce fait, les procédés comme les Soins de Conservations, la Toilette Mortuaire, la présentation du corps en Chambre Funéraire sont proscrits.

Les personnes chargées de porter le cercueil lors de la Cérémonie Funèbre, sont des Porteurs qui sont en général quatre mais peuvent aussi n'être que deux pour le cercueil d’un enfant.

La famille peut aussi choisir de porter elle-même le cercueil pour rendre un dernier hommage au défunt. Les porteurs interviennent dans le cadre des obsèques depuis la mise en bière, jusqu'au stade final de l'inhumation ou de la crémation. Ainsi ils prennent en charge le corps à sa sortie de la Chambre Mortuaire ou Funéraire et l'amènent à sa dernière demeure sous la responsabilité du Maître de Cérémonie.

Le croque-mort (pl. « croque-morts ») ou croquemort est :

le surnom populairement donné aux employés des pompes funèbres chargés de la mise en bière des défunts et de leur transport au cimetière. Le mot apparaît vers la fin du XVIIIe siècle, juste avant la Révolution française. Dans notre imaginaire collectif, le croque-mort est un personnage sinistre et lugubre, voire porteur de malheur. Cette image ne correspond plus avec la réalité d'un croque-mort, assistant funéraire.

L'origine du nom vient des épidémies de peste du Moyen Âge pendant lesquelles les nombreux morts étaient rassemblés avec des crochets (crocs), ou à une ancienne pratique consistant à mordre l'orteil d'un défunt pour s'assurer de son décès par son manque de réaction, ce terme n'apparaît dans les textes écrits qu'en 1788. Mais aussi, contrairement à la légende reprise ci-avant, l'origine du mot croque-mort ne viendrait pas de la pratique de croquer un orteil pour vérifier que la personne est bien décédée. Ce mot attesté en 1788 provient vraisemblablement de l'utilisation du mot "croquer" dans le sens subtiliser, faire disparaître, lors de la mise en bière.

En Belgique, et jusqu'il y a environ 50 ans, les employés des pompes-funèbres, pour s'assurer de la mort d'une personne et dans la hantise d'enterrer un vivant, mordaient le petit doigt du défunt ; d'où le nom de "croque-mort".

À l'instar des wedding Planners chargés d'organiser votre mariage, un Independent Funeral Planner Organise et Planifie avec vous la Cérémonie Funéraire. Il vous accompagne tout au long de la cérémonie et reste le mandataire exclusif auprès des agences de Pompes Funèbres. Il effectue toutes les tâches que vous lui demandez. Il doit être respectueux, rigoureux et Professionnel, avec une certaine aisance et doit faire preuve de respect et de compassion.

C'est la famille qui organise les obsèques. La personne qui signe le bon de commande des prestations funéraires est désignée comme la « personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles ». La jurisprudence laisse généralement ce privilège au conjoint survivant, à défaut aux enfants, ou à défaut aux parents.

Ce sont aux descendants et ascendants de payer les obsèques (en fonction de leurs ressources) même s'ils ont renoncé à la succession. L'absence de liens affectifs, n'enlève pas cette obligation aux héritiers. Cette règle s'applique au paiement des obsèques des parents.

La mission du tuteur dépasse la simple dimension économique ; elle revêt une volonté de protection de la personne sous tutelle. C’est le Tuteur qui a qualité de Pouvoir aux Funérailles.

Par exemple en France, toute personne a droit à des obsèques dignes. Au moment du décès de la personne sous tutelle, le mandat de protection du tuteur prend fin. Art 418 du Code civil.

La tutelle prend fin lors du décès de la personne protégée (art. 393 du Code civil) sans qu'il soit nécessaire de faire de démarche particulière. La personne Tuteur doit toutefois écrire au juge des tutelles pour l'informer du décès et lui faire parvenir un acte de décès.

Nous nous adaptons aux souhaits et différentes demandes des familles et nous nous déplaçons à votre domicile ou dans le lieu que vous aurez choisi. Nous privilégions le contact humain pour que vous vous sentiez le mieux possible pour traverser cette épreuve.

Nous intervenons dans toute la suisse, dans tous les cantons et également dans toute la France.

Des frais de déplacements, d’hébergement, de nourriture sont à prévoir dans certains cas.

Appelez votre médecin de famille, le 144 (Suisse), le 18 (France) ou SOS Médecin 022.748.49.50 24h/24

Un seul numéro, 079.603.77.70. Nous vous répondons 7/7 24/24. A votre entière disposition, nous mettons tout en œuvre pour que vous ne soyez plus seul pour organiser la cérémonie d’adieu et la complexité d’une organisation d’obsèques.

Les congés accordés après le décès d’un parent ne sont pas fixés par la loi, mais par les entreprises et les conventions collectives de travail. La durée qu’elles déterminent se révèle bien loin de la réalité de certains deuils.

Décès du conjoint ou d’un enfant faisant ménage commun : trois jours.

Décès d’un membre de la famille : maximum trois jours.

En comparaison, pour un mariage, deux jours sont indiqués. Mais ce nombre n’est pas fixé dans la loi, il se décide dans les conventions collectives de travail (CCT) – qui indiquent souvent trois jours aussi – ou est stipulé par le règlement de l’entreprise. « En droit privé, il n’existe aucune disposition légale qui traite du décès d’un proche du travailleur. Il est admis que le travailleur a le droit de ne pas venir travailler et de percevoir son salaire ou des indemnités journalières.

Outre le risque d’inégalité entre les entreprises, environ trois jours, est-ce suffisant ? « Ces quelques jours montrent que nous n’accordons sans doute pas au deuil la place qu’il mériterait. On pourrait souhaiter plus, mais le droit suisse ménage souvent un équilibre entre les différents intérêts, et il y a l’idée que l’employeur n’a pas à supporter entièrement les aléas de la vie de ses employés.

Quand ces jours ne suffisent pas et que l’employé se trouve en incapacité de travail, il est possible d’obtenir un certificat médical. »

On ne peut pas arriver à un temps réaliste du deuil, mais on pourrait envisager des différences entre le décès « naturel » d’une personne âgée et un décès « Dramatique ».

Trois jours, c’est ce que bon nombre d’entreprises accordent après le décès d’un proche. Mais en Suisse, ces jours sont des « congés usuels », au même titre que dans le cas d’un déménagement ou d’un mariage.

Avoir des congés réglementaires qui correspondent à la réalité d’un deuil est irréaliste. « Un deuil dure théoriquement une année, mais c’est évidemment impossible de s’y adapter, et les besoins sont propres à chacun. » Pour les psychiatres, en général, l’entreprise pourrait envisager des moments de repos ou de télétravail à la reprise.

.

.